PV de CHSCT en Transcription

Projet de procès-verbal de la réunion ordinaire du CHSCT
Séance du 28 mars 2013

La séance est ouverte à 10 heures.

Bruno VERBAL

Nous allons donner les points divers.

Bérengère RENDU

Il y en a un à l'ordre du jour.

Bruno VERBAL

Nous en avons d'autres. Nous souhaiterions notamment faire un point sur la situation de F5.

Bérengère RENDU

C'est à l'ordre du jour, puisqu'il y a un bilan de la Direction sur le secteur.

Bruno VERBAL

Entre-temps, l'actualité revient. Nous l'évoquerons donc à ce moment-là. Une BD humoristique sur le bruit a été présentée à un certain nombre de collaborateurs, et au-delà du thème du dossier, une fois de plus, on associe le CHSCT à l'insu de son plein gré. Cela commence à suffire.

Bérengère RENDU

Avez-vous d'autres points ?

I. Information et consultation sur le projet de réaménagement de l'unité 1

Guy-Paul Y

Madame X vous prie de l'excuser, elle ne pourra pas venir en raison des intempéries. Le projet de réorganisation de l'unité 1 est ce que l'on avait appelé « xxx ». À l'époque, nous avions quatre ou cinq marguerites, c'est-à-dire des bureaux imbriqués les uns dans les autres, avec des séparations. Du fait du mouvement de certains collaborateurs qui sont montés dans les unités, il ne reste plus que deux marguerites, donc huit collaborateurs qui travaillent à xxx. Ceci va nous permettre de fermer une cloison pour séparer les collaborateurs du Rialto et faire à côté une zone tampon avec cinq bureaux pour des task forces qui interviendraient éventuellement sur Arcueil. Je me tiens à votre disposition pour répondre à vos questions.

Bruno VERBAL

C'est gênant que Madame X soit absente. Quand les personnes sont-elles montées dans les unités pour Rialto ?

Guy-Paul Y

Oui, dans les derniers mois. Cela a été présenté en CE.

Bruno VERBAL

Cela nous a été présenté en CE, comme quelque chose d’expérimental, or, si la marguerite est supprimée, on ne pourra pas réinstaller des personnes en accueil téléphonique.

Guy-Paul Y

Les deux marguerites sont supprimées, mais on conserve le matériel et les bureaux. Ce sont des bureaux équipés antibruit, et tout cela sera conservé. La preuve, la zone libre est une zone task force, et elle reste libre. Si demain il fallait y revenir, nous reviendrions en arrière, et présenterions un nouveau dossier en CHSCT.

Bruno VERBAL

Je me suis effectivement interrogé sur la question du retour. Dans ce cas, où mettrez-vous la task force ?

Guy-Paul Y

Nous trouverons une autre solution. Les task forces ne sont pas là continuellement, elles viennent en général pour un mois ou deux. À ce moment-là, nous étudierons une autre possibilité d'installation de la task force.

Bérengère RENDU

Avez-vous d'autres questions sur ce projet ? Pouvons-nous passer à la consultation ? Souhaitez-vous une interruption de séance ?

La séance est interrompue.

Bruno VERBAL

Nous sommes sur un refus de consultation pour deux raisons. Tout d’abord, les surfaces vont descendre en dessous de 10 m² par personne. C'est un sujet que nous avons déjà évoqué, il existe des normes INRS. Avec ces surfaces, expliquez-nous comment vous ne mettez pas en danger la santé des salariés, puisqu’il y a des normes là-dessus.

Deuxième point, quand le projet « Relation clients en ligne » nous a été présenté, la direction a pris des engagements de ne rien faire, avant qu'un bilan soit présenté. On nous a dit plusieurs fois qu’il y aura réversibilité, mais dans les faits, ce n'est pas forcément le cas. Nous attendons donc le bilan, et quand nous l’aurons, le dossier repassera.

Bérengère RENDU

Nous vous avons fait un courrier il y a quelque temps sur la norme AFNOR, précisant qu'elle n’était pas opposable. On ne peut donc pas recevoir ce point comme tel.

Concernant votre refus de vote et votre refus de consultation, nous allons laisser la situation en l'état, puisque c'est ce que vous souhaitez. Nous pourrions passer en force sur ce sujet, mais si cela ne pose pas de problème de laisser la situation en l'état, nous allons la laisser en l'état.

Guy-Paul Y

Les personnes vont être perdues dans une grande surface, alors qu'en attendant, cela permettait d’utiliser cette zone à côté pour des task forces ou des prestataires, pour pouvoir les installer correctement.

Bérengère RENDU

Nous allons pousser la logique jusqu'au bout et les laisser comme cela. Le dossier est donc ajourné.

II. Restitution sur le baromètre social

Bérengère RENDU

Nous avons la présence de Monsieur X, de la XXX, que vous connaissez, pour l'avoir déjà vu dans cette instance. Il va nous commenter les résultats.

Bruno VERBAL

J’ai oublié un point divers sur la problématique de prise en charge des accidents au niveau du 4 D.

Bérengère RENDU

D’accord.

Eric COMPTE

Bonjour à tous. Nous allons échanger sur les résultats de la dernière vague du baromètre social du groupe Xxx, et plus spécifiquement des résultats de la XXX. Premier point que nous souhaitons aborder, c'est le fait que XXX se distingue par des variations assez fortes de la participation. Vous vous rappelez probablement qu'en 2010, avait beaucoup été évoqué le fait que le taux soit tombé à un niveau relativement faible (37 %). Cette année, il remonte à 52 %, ce qui est un score intermédiaire entre la participation de 2010 (37 %) et celui de 2009 (64 %).

Dans ce contexte, nous avons de fortes variations de la participation, et les résultats connaissent aussi des variations importantes. Là encore, il avait été beaucoup évoqué en 2010 que le fait que beaucoup de résultats soient en retrait pouvait être dû à une moindre participation. Le fait est que, cette année, avec une participation qui remonte assez fortement, beaucoup de résultats progressent, pas tous, mais beaucoup, et reviennent souvent à des niveaux parfois un peu en dessous de ceux de 2009, parfois au même niveau, parfois un peu au-dessus. C’est un constat général.
Si on rentre un peu plus à l'intérieur des résultats, on a le sentiment d'une évolution un peu divergente entre deux thématiques. D'une part, la satisfaction professionnelle, d'autre part, la vision de son entreprise. Ceci est un peu résumé par notre indice d'engagement, l'indice TRI*M, qui reste globalement stable. Cette année, nous sommes à 48 contre 47 en 2010. A priori, cela reste donc plutôt stable.

C'est un score comparable à ce que nous avons dans le groupe Xxx (47 %), mais très supérieur à ce que l'on observe en dehors du groupe Xxx (35 %). C’est encore relativement loin de ce que nous avions mesuré en 2009 (56 %), qui était un score excellent.
Pourquoi dis-je que sa stabilité résume un peu les résultats ? Parce que dans sa stabilité, il y a des évolutions divergentes entre deux critères fondamentaux de cet indice, qui en compte cinq en tout : « Suis-je satisfait ? », « Recommanderais-je l’entreprise ? », « Postulerais-je à nouveau ? », « Les personnes autour de moi sont-elles motivées ? », « Mon entreprise est-elle performante ? ».

D'une part, sur la satisfaction, on progresse assez sensiblement, puisque les réponses « très satisfait », ou « extrêmement satisfait » sont à 31 %, en progrès sensible par rapport à 2010, de 6 points. 84 % des collaborateurs sont satisfaits. La satisfaction progresse donc sensiblement. Ce score de 31 est très légèrement supérieur à celui du groupe Xxx.

(...)

La séance est levée à 11 heures 35.

Consulter la version complète en téléchargement