Synthèse classique

Format  : 426 mots

Discours d’ouverture
Claude ALBERTI
Rapporteur

Cette deuxième journée sera consacrée à l’étude des impacts des NTIC sur le travail et sera l’occasion de donner la parole aux acteurs directement concernés : les chefs d’entreprises et les travailleurs.

I. Les NTIC, un nouvel outil au service du travail

Cette deuxième journée des troisièmes rencontres départementales sur les NTIC sera l’occasion de faire état d’un double constat :

  • la modification des modes opératoires du travail

Les NTIC entraînent d’importantes modifications sur la nature des tâches effectuées dans le cadre du travail et sur la manière de travailler, qu’il s’agisse de la façon de recueillir l’information, de la traiter, de l’échanger et de la communiquer. Le développement d’Internet et des réseaux Intranet au sein des entreprises a notamment été source d’évolutions considérables.

  • la redéfinition des fonctions traditionnelles

Le développement des NTIC conduit à l’apparition de nouveaux métiers (logisticien, webmaster, etc.), à l’évolution de certains autres, sous la fluidité, la densité et l’interactivité de l’information désormais disponible (journaliste, documentaliste, métiers liés à la logistique, etc.) mais aussi à la disparition de certains métiers, par l’intégration des tâches dans de nouveaux processus informatiques ou par la fusion de certaines fonctions.

II. Les impacts des NTIC sur l’organisation du travail

Les NTIC ont impacté quatre paramètres essentiels du travail :

  • le lieu de travail

Les NTIC ont conduit à un élargissement de la sphère du travail, ce dernier ne s’effectuant plus seulement au bureau, mais aussi à l’extérieur (auprès des clients, à domicile, dans les transports, etc.). Cet élargissement s’est traduit par un nécessaire arbitrage entre la vie personnelle et la vie professionnelle, le travail pouvant s’exercer dans l’espace de travail ou dans un espace privatif, et par des arbitrages d’ordre collectif, liés au développement de nouvelles règles et de nouveaux comportements.

  • les acteurs du travail

Citons l’exemple des cadres, qui voient leurs fonctions évoluer le plus souvent vers le management de collaborateurs présentant un fort caractère d’autonomie, quasi virtuels. Quoi qu'il en soit, cette situation de plus grande indépendance physique est toutefois contrebalancée par une plus grande dépendance vis à vis du réseau d’information duquel dépend le travail.

  • le temps de travail

Si les NTIC sont sources d’autonomie, de souplesse et de réactivité, elles engendrent également du contrôle et un sentiment de plus grande dépendance : en effet, le temps de travail, plus difficilement quantifiable, peut empiéter sur la sphère familiale et privée.

  • les conditions de travail

Les prochains exposés traiteront notamment des aspects liés au stress, à la fixation de la charge de travail, à l’ergonomie du poste de travail, etc.